SHARE:
 Press release

Kofi Annan note des progrès en Côte d’Ivoire mais souligne les défis auxquels le pays doit faire face

Share this:
jonathan
Friday, 20 January, 2012
Download as PDF

Le processus de réconciliation doit être ouvert et n’exclure personneKofi Annan note des progrès en Côte d’Ivoire mais souligne les défis auxquels le pays doit faire face

En visite à Abidjan, l’ancien Secrétaire général de l’ONU et membre des Elders Kofi Annan a salué des progrès dans les domaines économique et sécuritaire en Côte d’Ivoire, mais il a également souligné les nombreux défis auxquels le pays doit faire face et a réitéré son appel à un processus de réconciliation qui n’exclue personne.

Au cours de sa visite, les 17 et 18 janvier 2012, M. Annan a rencontré le Président Alassane Ouattara, le Premier Ministre Guillaume Soro et le Président de la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation. Il a également eu des entretiens avec Bert Koenders, Représentant Spécial du Secrétaire Général de l’ONU et chef de l’ONUCI, l’opération de maintien de la paix des Nations Unies en Côte d’Ivoire.

Kofi Annan

 

A l’issue de sa visite, M. Annan a estimé que « la mission de réconciliation et d’apaisement doit rester une priorité nationale pour contribuer à surmonter l’héritage du passé. J’ai donc été satisfait de mes discussions constructives avec le président et plusieurs membres de la Commission Vérité et Réconciliation sur les moyens d’approfondir et d’élargir son dialogue et ses échanges avec le public. »

La réconciliation ne se fera pas en un jour, a-t-il ajouté, mais elle ne doit pas être remise à plus tard. Pour être à la hauteur des attentes du peuple ivoirien, la réconciliation doit être menée de manière transparente et n’exclure personne.

Kofi Annan s’était rendu en Côte d’Ivoire en mai 2011 sous les auspices des Elders, en compagnie de l’archevêque sud-africain Desmond Tutu et de Mary Robinson, ancienne présidente irlandaise. Lors de cette visite, les Elders avaient également rencontré le président Ouattara et M. Konan Banny, ainsi que l’ancien président Laurent Gbagbo et des représentants de la vibrante société civile ivoirienne.

De retour dans le pays huit mois plus tard, M. Annan a noté des progrès dans plusieurs domaines : l’économie se redresse, la sécurité s’est améliorée à Abidjan et les récentes élections législatives se sont déroulées, dans l’ensemble, dans le calme.

M. Annan a cependant rappelé les défis majeurs qui attendent le pays alors qu’il tente de se remettre d’une décennie perdue.

Lors de ses entretiens avec le président et avec le premier ministre, il a souligné la nécessité de s’attaquer à la réforme du secteur sécuritaire.

Placeholder

 

« C’est une entreprise complexe, qui doit être planifiée par les autorités nationales avec le soutien de la communauté internationale. L’expérience montre que cette tâche doit être menée sans délai. La sécurité et la stabilité vont de pair avec le développement économique. »

I would like to find:

Search
Close
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
 

Keep up to date with The Elders latest News and Insight:

Sign up to receive monthly newsletters from The Elders. We will occasionally send you other special updates and news, but we'll never share your email address with third parties.
Close